Les amphibiens

Disparition des zones humides, développement des routes, pollutions… Les Amphibiens font partie des espèces les plus vulnérables aux activités humaines !
Grenouille adulte.

Grenouille adulte.

Les amphibiens (ou batraciens) se sont affranchis du milieu aquatique il y a plus de 380 millions d’années. Trois ordres sont reconnus parmi les amphibiens actuels :
  • Les Anoures : crapauds, grenouilles et rainettes,
  • Les Urodèles : tritons et salamandres,
  • Les Gymnophiones (n’étant pas présents en France ils ne seront pas développés ici).
Les amphibiens sont des vertébrés à température variable : ils régulent la température interne de leur corps en se réchauffant au soleil ou en se refroidissant à l’ombre. Ils ont pour particularité de commencer leur vie dans l’eau et de la terminer sur la terre. A la naissance, ils respirent par des branchies, comme les poissons, alors qu’adultes ils sont dotés de poumons même s’ils absorbent une grande partie de leur oxygène par la peau. Une fois adulte, les amphibiens vont chercher un lieu de reproduction. Il s’agit en général d’un habitat aquatique, qui peut se trouver à proximité de la zone de vie terrestre, mais aussi en être éloigné de plusieurs centaines de mètres (voire de quelques kilomètres). Ils effectueront alors plusieurs migrations :
  • Les migrations prénuptiales entre les sites d’hivernages et de reproduction (correspondant le plus souvent au lieu de naissance)
  • Les migrations postnuptiales entre les sites de reproduction et les « quartiers d’été »
  • Les migrations automnales, pour certaines espèces, vers les sites d’hivernage
Les crapauds rejoignent des habitats aquatiques au moment de la reproduction.

Les crapauds rejoignent des habitats aquatiques au moment de la reproduction.

L’urbanisation et les aménagements humains (routes en particulier) rendent ces déplacements difficiles et meurtriers. Ajoutés à la disparition des zones humides et aux pollutions, ces dangers mettent en péril les populations d’amphibiens.

Les Anoures : grenouilles, crapauds et rainettes

Les Anoures regroupent les crapauds, grenouilles et rainettes. Ils se caractérisent par l’absence de queue à l’âge adulte et un corps court et trapu. L’aspect de la larve d’Anoure (têtard) est très différent de l’adulte, avec une tête disproportionnée, l’absence de membres et une longue queue bordée de nageoires.
Entre l’éclosion et la métamorphose, plusieurs transformations vont se succéder : formation de branchies internes, apparition des membres postérieurs puis antérieurs, disparition de la queue…

Plusieurs éléments permettent de distinguer les crapauds, grenouilles et rainettes.
La peau, tout d’abord, est différente. Celle des grenouilles est lisse et humide alors que celle des crapauds est sèche avec des excroissances.
Les pattes peuvent également être un indice. Les grenouilles ont de longues pattes arrières, en forme de Z qu’elles déplient pour sauter et avancer. Les pattes des crapauds sont plus petites et moins musclées que celles des grenouilles et ceux-ci avancent en rampant ou par petits sauts. Les pattes des rainettes comportent quant à elles des disques adhésifs aux bouts des doigts, leur permettant de grimper aux arbres.
L’habitat des espèces peut également différer. Ainsi, les grenouilles sont plutôt aquatiques (et peuvent rester longtemps sous l’eau) alors que les crapauds sont plus terrestres et ne cherchent l’eau qu’au moment de l’accouplement. Les rainettes étant arboricoles, on les trouvera le plus souvent dans des arbres ou arbustes.
La ponte est également différente puisque les grenouilles déposent leurs œufs en tas, alors que les crapauds pondent en chapelets. Toutefois, cette différence n’est pas toujours évidente selon les espèces.

L'habitat des grenouilles est majoritairement aquatique.

L’habitat des grenouilles est majoritairement aquatique.

Alors que les crapauds sont plutôt terrestres.

Alors que les crapauds sont plutôt terrestres.

Les Urodèles : tritons et salamandres

Contrairement aux Anoures, les Urodèles conservent leur queue à l’âge adulte et leur corps est plus allongé. Ainsi, les larves d’Urodèle ont la même forme générale que l’adulte. Elles possèdent en plus 3 paires de branchies externes.

En phase aquatique (pour la reproduction), la queue des Tritons est très développée leur permettant de nager. En parure nuptiale, les mâles possèdent en plus une crête dorsale. La parade des Tritons est une danse aquatique complexe et les œufs sont déposés de préférence sur des plantes aquatiques.
En phase terrestre, les tritons sont discrets et nocturnes. Ils prennent des couleurs moins vives et leur queue est peu développée. On les rencontrera parfois sous une souche pourrie, parfois cachés sous une pierre ou des feuilles mortes.

Les Salamandres sont presque exclusivement terrestres, ne regagnant l’eau que pour y pondre. L’accouplement a lieu sur terre, principalement vers mai et septembre-octobre. La gestation peut alors durer plusieurs mois, avant que les femelles ne rejoignent un point d’eau pour déposer leurs larves.
Les Salamandres se différencient des Tritons par leur queue à section circulaire. Discrètes, le plus souvent nocturnes, elles restent cachées sous de grosses pierres, sous des souches ou dans des trous du sol.