LA POLLUTION DE L’ESPACE

« La pollution de l’espace est sans retour : un bois, une pinède qu’on lotit pour y construire, un rocher qu’on attaque à la dynamite pour faire passer une route, un marécage que l’on comble pour mettre un camping, jamais ne retrouveront leur état initial. […] Chaque emprise de l’urbanisation ou de l’industrie sur la nature est définitive : c’est un peu plus de notre capital naturel qui disparaît »
(RAYNAUD P., Inspecteur Général de l’Equipement, Techniques de l’ingénieur, volume C4 « Défense du littoral »).

Il ne faut pas croire que ce point de vue est antiéconomique. Bien au contraire, la pollution de l’espace réduit à néant les possibilités de développement futur : si des espaces naturels ne sont pas maintenus dans la zone littorale l’aménagement des zones intérieures sera ultérieurement impossible.